Téléchargez mon guide sur le référencement

Et recevez les derniers articles par mail
trucs-de-blogueuse-guide-referencement

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide de 36 pages sur le référencement : je vous explique comment référencer votre blog en 20 étapes.
Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici.
Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

Procrastiner, demain j’arrête…

C’est un article que je voulais écrire depuis longtemps et que je n’arrête pas de remettre au lendemain, le comble quoi.
Procrastiner est un mot que je n’ai entendu que récemment ; je pense qu’il existe déjà depuis des lustres mais quand j’étais petite je n’étais sûrement pas sujette à ça. En même temps, quand nos parents nous disaient de ranger notre chambre, c’était à faire tout de suite lol, il n’y avait pas de « tu me rangeras ta chambre pour dimanche matin » !
J’ai quand même entendu cette phrase « Ne remets jamais au lendemain ce que tu peux faire le jour même » mais je ne comprenais pas trop l’intérêt.

Je ne comprenais pas non plus pourquoi créer un autre mot pour signifier la même chose que la flemme ou la paresse. En fait, c’est parce que ce sont des notions différentes.
On va ainsi voir ce qu’est exactement la procrastination, quelles sont ses causes et leurs conséquences. Je vais également vous proposer des solutions pour vaincre la procrastination et réussir à se motiver dans ses différents projets.
En fait, je ne prétends pas vous apprendre comment arrêter de procrastiner car je pense être assez mal placée pour ça (j’ai écrit cet article à 1h du mat la veille…), mais vu que c’est quelque chose qui me touche depuis longtemps, je me suis beaucoup renseignée à ce sujet et je vous fais une synthèse de ce que j’ai pu apprendre et de ce que j’essaie d’appliquer.

trucs de blogueuse - procrastination bis

Qu’est-ce que la procrastination ?

Je disais dans mon article d’hier que certains la considèrent comme une maladie mentale, mais tout est relatif !
C’est le fait de remettre au lendemain toutes les tâches que l’on doit effectuer, que ce soit pour la maison, au travail ou à l’école, concernant notre entourage, des papiers administratifs, etc. Pourquoi faire tout de suite quand on peut faire au dernier moment ?
Moi je procrastine quand je dois écrire un article sur le blog, commencer un dossier pour le boulot, déclarer mes impôts, faire le ménage, aller chez le gynéco…

En général ce sont des choses qui ne nous plaisent pas forcément ou qui nous demandent un effort, car par exemple on ne remet jamais à plus tard le fait de regarder la télé ou de manger un carré de chocolat ^^

Et quand je procrastine, je fais autre chose pour repousser le moment de faire ma tâche : je me fais une pause café, je lis mes mails, je joue à Candy Crush ou à Silly Family, je traîne sur Facebook, je fais le ménage, je relis mes mails et je traîne de nouveau sur Facebook.
Oui, vous avez bien lu, je fais aussi le ménage quand je suis censée répondre à mes mails, et je lis mes mails quand je suis sensée faire le ménage…
Si c’est pas une maladie mentale, ça ?! ^^

 

Pourquoi procrastine-t-on ?

Quand on a la flemme, on ne fait pas quelque chose parce qu’on n’en a pas envie, parce qu’on est fatigué et juste envie de se reposer. (enfin, c’est ma façon de la différencier de la procrastination)

Dans la procrastination on ne fait pas une tâche, non pas parce qu’on est fatigué (car on a de l’énergie pour faire autre chose à la place), mais parce qu’on a peur
Il existe différentes peurs qui peuvent expliquer notre tendance à remettre au lendemain :

  • peur de l’échecpeur de mal faire, du jugement des autres ou de son propre jugement (perfectionnisme) : par exemple, c’est sûrement cette peur-là que j’ai à repousser la rédaction de mes articles,
  • peur de l’inconnu : par exemple, le fait de reporter sa recherche d’emploi alors qu’on ne supporte plus son poste actuel,
  • peur du succès : eh oui, c’est possible d’avoir peur que son projet professionnel marche tellement bien que ça ait des conséquences sur sa vie personnelle par exemple.

D’autres raisons font que l’on procrastine :

  • la mauvaise estime de soi : on ne se sent pas capable de faire une action,
  • le manque de concentration : on se laisse vite distraire,
  • le manque de motivation : on ne voit pas l’intérêt de faire cette tâche,
  • le manque de recul : on ne connaît pas le sens des priorités, quelle tâche on doit faire en premier ou bien on ne sait pas par quoi commencer, ou alors on pense qu’on va pouvoir le faire en une minute.

En général, on se trouve des excuses pour reporter l’action, on essaie de se convaincre que ce n’est pas de notre faute (« je ne cherche pas de travail car de toute façon c’est la crise en ce moment »…)

 

Est-ce grave, docteur ?

Comme je vous le disais, certains considèrent que la procrastination est une maladie « mentale », qui toucherait 20% de la population.

Des psychothérapeutes disent que cela concerne surtout les personnes intelligentes car elles réfléchissent beaucoup sur les tâches à effectuer, elles sont très cérébrales, se font une montagne des choses à faire. Ce sont également des personnes curieuses car elles sont ouvertes et veulent découvrir de nouvelles choses (une façon gentille de dire qu’on n’arrive pas à rester concentré très longtemps).

 

Etre procrastinateur peut engendrer des conséquences plus ou moins fâcheuses, comme le fait de faire une nuit blanche la veille d’un examen (ou d’un article de blog lol), d’avoir un appartement mal rangé ou de payer une majoration sur les impôts.

Tout remettre au lendemain fait que l’on effectue les tâches dans le stress étant donné qu’elles sont faites au dernier moment. En plus, comme on dispose de moins de temps pour les faire, on les bâcle, on n’est pas satisfait du résultat, on perd de l’estime de soi, et on est encore moins enclin à refaire ces tâches à l’avenir. Un vrai cercle vicieux.
Cela peut vraiment gâcher la vie de certaines personnes, devenir un blocage dans la vie personnelle et professionnelle, et c’est à ce moment-là que la procrastination devient une « maladie ».

 

Vaincre la procrastination ?

Arrêter de procrastiner n’est pas forcément un but ultime à atteindre car cela peut avoir certains avantages : découvrir des vidéos marrantes sur Facebook ou regarder la télévision contribue aussi à la culture générale !

Pour ma part, j’ai quand même envie d’arriver à me concentrer et écrire un article tous les jours comme prévu et non à minuit et finir à 2h pour rejoindre mon chéri alors qu’il dort déjà… Et arrêter de payer des majorations à mes amendes et recevoir des lettres d’huissier…

Arrêter de procrastiner permet surtout d’être plus efficace et de pouvoir faire plus de choses avec le plus de satisfaction, ce qui est essentiel lorsque l’on a plusieurs activités, et notamment quand on blogue, comme vous et moi.

 

Comment lutter contre le procrastinateur qui est en nous ?

Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à arrêter de procrastiner.

 

1/ Le vouloir

Rien que le fait de vouloir arrêter de procrastiner, le fait de se pencher sur ce « problème » est déjà un pas. En effet, dès que je me vois en train d’allumer mon smartphone pour jouer à un jeu, je me fais la réflexion que je procrastine, alors j’arrive mieux à arrêter. C’est un peu comme la cigarette, si on ne veut pas vraiment arrêter, on n’y arrivera pas…

 

2/ Changer sa façon de penser

D’accord, ce n’est pas quelque chose qui peut se faire en un claquement de doigts, mais rien que le fait de savoir que personne n’est parfait, que ce n’est pas grave si on rate un examen ou que personne ne lit son article permet de relativiser.

Maintenant que l’on sait qu’il y a des causes à la procrastination, on peut essayer d’analyser ce qui nous bloque, se rendre compte que la peur n’évite pas l’obstacle et qu’au contraire, plus on attend, plus l’obstacle sera grand.

 

Changer les mots que l’on utilise : ne plus se dire « je dois » ou « il faut » mais « je veux ». (désolée, dans l’article pourtant il n’y a que des « il faut »…) Si la tâche est vue comme une obligation et non comme une envie, cela sera difficile de s’y mettre. Imaginez si à la question « veux-tu m’épouser », on répond « oui, il le faut », on en a moins envie d’un coup !

Prenons encore l’exemple de mes articles à écrire : quand je me dis « je DOIS écrire l’article sur la procrastination car en plus je l’ai annoncé la veille, si je ne le fais pas, on va me critiquer et ne plus me lire du tout », ça me met une pression et je me sens obligée de le faire.
Alors que si je me dis « je VEUX écrire l’article sur la procrastination car j’ai envie de satisfaire mon public qui compte sur moi, je suis contente d’être autant appréciée pour ce que je fais », je le fais avec beaucoup plus de plaisir et au contraire, j’ai hâte de voir les résultats.

Attention, il ne faut pas se forcer à dire je VEUX si on ne le pense pas, par contre. Mais on peut très bien vouloir ne pas faire la tâche ! Mais comme on le décide, on ne s’en veut pas et lorsqu’on décide de le faire ce sera avec beaucoup plus d’entrain et d’efficacité.
Par exemple, j’avais décidé d’aller chez Ikéa au lieu d’écrire l’article et quand je l’ai écrit le soir, je l’ai fait sans pression. Mais même si je n’avais pas voulu le faire le soir quand même, il n’y aurait pas eu de grave conséquence à l’écrire seulement 2 jours après (vous auriez quand même continué à me lire les jours suivants ? dites-moi oui ^^)

 

3/ Être organisé

Tout le monde le sait, il faut faire des listes. Cela permet de ne pas avoir à y penser tout le temps et d’avoir peur d’en oublier. Par contre, une liste qui s’allonge sans être vidée peut aussi être source de stress où on peut ne plus savoir par quoi commencer, alors à utiliser avec précaution !
Par exemple, faire une grosse liste globale et des petites listes de 2 ou 3 tâches par jour maximum.
Les objectifs doivent être réalisables donc on peut diviser une grosse tâche en plusieurs petites (écrire vaisselle, linge et balai au lieu de ménage).

Ranger chaque chose à sa place : je rends toujours des papiers administratifs trop tard car ils sont noyés sous la pile de courrier que je reçois chaque jour. Le fait d’avoir des bannettes avec le courrier « à traiter » et « à ranger » permet de ne pas oublier les urgences et de ne pas perdre de temps à rechercher les papiers.
Et c’est pareil pour tout, si vous rangez toujours au même endroit le balai, vous ne perdrez pas de temps à le chercher et donc perdre votre motivation, soit par découragement soit parce qu’en ouvrant le placard (à balai) vous êtes tombés sur le livre que vous vouliez lire depuis 3 jours.

 

4/ Ecouter son corps

Travaillez au moment de la journée où vous êtes le plus en forme (j’ai vite compris que ça ne servait à rien de me convaincre d’écrire le matin).

Mangez équilibré, dormez assez.

 

5/ Se motiver

Au lieu de voir la tâche comme une corvée, faites-en une récompense avec quelque chose que vous aimez faire : par exemple après la déclaration des impôts, vous vous offrez une nouvelle robe (bah oui, vous avez économisé grâce à la majoration que vous n’allez pas payer) ; à la fin de chaque article écrit, dégustez un (ou 2) carrés de chocolat ; à la fin de la vaisselle, regardez un épisode de votre série préférée…

Comme vous savez ce qui vous attend à la fin de la tâche accomplie, vous le ferez avec plus d’envie, et plus de rapidité aussi !

 

6/ Faire la tâche la plus difficile et la plus contraignante en premier

Plus facile à dire qu’à faire, mais le reste semblera beaucoup plus facile à réaliser du coup !

 

7/ Se couper des sources de distraction

J’ai compris pourquoi le mot procrastination n’était pas aussi utilisé avant : il n’y avait pas autant de sources de distraction qu’aujourd’hui depuis l’ère du web et des nouvelles technologies ! Il y a à peine 10-15 ans, il n’y avait pas autant de SMS (ce n’était pas illimité !), pas de réseaux sociaux, de vidéos Youtube, de mails qui s’affichent en bas à droite de l’écran…

Rien que le fait d’éteindre son téléphone, sa boîte mail et son Facebook permet de faire des miracles. Pour les très gros stressés de la vie (« et si on m’appelle pour une urgence ? »… encore une fausse excuse que l’on se trouve, finalement), il y a des options pour que le téléphone ne sonne que si la personne insiste et appelle 2 fois de suite, ou que si elle fait partie d’une liste spéciale ; on peut régler sa messagerie pour que seuls les mails de son chef s’affichent en bas à droite, etc.

 

8/ Commencer sa tâche

Comme je l’explique dans l’article sur le syndrôme de la page blanche, rien que le fait de se mettre devant son article à écrire, ou bien de prendre un balai dans sa main, sortir la feuille de déclaration des impôts, etc. rend la tâche moins difficile à appréhender. C’est le début qui est le plus difficile, il suffit d’une impulsion.
Une fois lancés, on se rend compte que ce n’était pas si compliqué et la satisfaction d’avoir commencé nous donne envie de continuer (oui, il nous en faut peu !).

 

9/ Faire des pauses

Le durée moyenne de concentration est de 45 minutes. Alors si vous voyez que vous commencez à stagner, à penser à autre chose, il vaut mieux arrêter et faire une pause, sinon vous en aurez marre de ne pas avancer dans votre tâche et ne voudriez plus la continuer et la finir !

Une pause de 5 minutes suffit : prenez un café ou un thé, jouez à une partie de jeu (pas un gros jeu hein), lisez vos derniers mails, même une petite conversation avec un collègue ou un ami peut suffire à vous aérer l’esprit et vous remotiver pour la suite.

Le mieux serait même de faire une nouvelle tâche pendant la pause, comme par exemple mettre du linge à laver quand je fais une pause dans la rédaction d’un article. A la 2e pause, j’étends le linge. Cela fait 3 tâches accomplies sans aucune perte de temps, et à la fin je m’offre à la fois du chocolat et une plus grosse pause avec un épisode de Grey’s Anatomy ! ^^

 

A vous de jouer

Faites-vous partie des 20% de procrastinateurs ? Avez-vous d’autres techniques à partager avec nous pour arrêter de procrastiner ?

 

 

Mia W.

Mia, de son nom de plume, est trafiquante de blogs depuis plus de 10 ans. Elle manie le clavier de ses longs ongles et donne tous ses trucs de blogueuse pour aider la blogosphère.
Voir sa description détaillée.
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.