Plus de visiteurs, plus d'inscrits sur votre blog !!

Accédez à la bibliothèque de ressources gratuites pour blogueuse 

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide de 36 pages sur le référencement : je vous explique comment référencer votre blog en 20 étapes.
Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici.
Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

J’invite cette fois-ci Djy le blogueur fou du blog Monsieur le psy à s’exprimer sur ce qu’il appelle le blues du blogueur : il décrit très bien ce sentiment par lequel tout blogueur est passé, et nous dit comment s’en sortir, avec beaucoup d’humour (interdit aux moins de 7 ans lol). Merci pour cette pause rafraichissante Monsieur le psy !


trucs de blogueuse - psy1
Un blogueur qui écrit, écrit en général pour les autres. Toutefois, dans la vie de blogueur, il arrive que ces autres ne soient pas présents, que les visiteurs n’affluent pas sur le blog, pour raisons X ou Y. Soit parce qu’ils avaient piscine, soit parce que les coquillettes étaient en train de cramer dans la casserole, je n’en sais rien, je m’en fous et je ne veux pas le savoir, c’est leur vie, pas la mienne, moi je préfère les spaghettis, mais bon, ils font ce qu’ils veulent… Et pour la piscine, pareil, je ne juge pas, parce que d’abord je ne sais pas nager, enfin si je sais nager, mais plus je nage loin, plus je nage profond sans pouvoir remonter. Quelle idée d’aller à la piscine… Au lieu de lire des articles de blogueurs qui passent entre une et dix heures à écrire des choses pour les autres… Le monde du blog est donc injuste. Beaucoup écriront énormément, pour n’avoir que très peu de lecteurs au bout du compte.

Etant invité de Mia (la classe, pour une fois qu’on m’accepte quelque part alors que je porte des baskets ! Prends en de la graine videur de boîte de nuit!), j’ai donc décidé de vous parler, en tentant de contenir du mieux que je peux mes divagations habituelles, de ce phénomène que tout blogueur a connu, connaît ou connaîtra, j’ai nommé : le blues du blogueur.

trucs-de-blogueuse---psy2

Le blues du blogueur : mais c’est quoi mon petit psy ?

Blues du blogueur que nous pourrions nommer, pour que cela soit plus accrocheur, le bluesgueur. Mais cela ressemble trop à bluesger, on dirait un mauvais hamburger de chez Quick, à base de steak d’afro-américain, de tomate datant de 1960, de fromage raté et de salade cultivée par Bob Dylan lui-même. Mais là je divague, VAGUE et diverge, VERGE, veuillez m’excusez, reprenons le fil de ce texte qui est déjà bien emmêlé. Un petit peu comme mes écouteurs de musique.

Ce bluesgueur surgit, face au vent (le vraiii héros de tous les temps), lorsque la petite barre de statistique diminue, ou quand elle n’augmente jamais… Telle une fleur flétrie, un avion s’écrasant ou comme la libido de mon grand-père. Me demandez pas ce que vient faire mon grand-père dans cet article car moi-même je l’ignore, je ne l’ai pas invité. TU FAIS QUOI là papy ? C’est irrespectueux envers Mia qui m’invite ! Je ne vais pas inviter des gens dans quelque chose où j’ai été invité ! Ce serait un petit peu abuser de l’hospitalité de mon hôte, déjà que je m’efforce à rester dans le thème de l’article depuis tout à l’heure ! Et on me souffle à l’oreille « fuuu, fuuu, fuuuuuuuu », ce qui signifie en langage soufflalien, mes excuses face à la traduction approximative qui va suivre mais j’ai fait LV2 italien, « Tu es déjà hors du thème là monsieur le psy ! » je vais donc revenir dans le sujet en laissant mon grand-père sur le bord de la route, ou au milieu de l’autoroute, j’hésite encore.

 

Les symptômes

trucs-de-blogueuse---psy3

Le bluesgueur comporte différents symptômes. Baisse de la motivation, diminution de l’envie d’écrire, baisse du pourcentage d’idée à la minute, le blogueur qui a le blues, baby, serait presque prêt à laisser tomber son blog, mais non baby, ne le laisse pas tomber, il est si fragile, être un blog popularisé, tu sais ce n’est pas si facile. Tout ceci à cause de quoi ? Du manque de lecteurs.

Il se trouve que moi même je suis atteint du bluesgueur. Oui, oui, je sais, derrière mes majuscules, ma ponctuation, mes lettres et mes phrases on ne dirait pas comme ça que moi, petit blogueur, je puisse connaître le bluesgueur alors que mes textes sont juste wouah ! Je le sais qu’ils sont wouah puisque c’est mon pékinois qui me l’a dit : « Wouah ! »

Mais oui, je n’ai que, approximativement, 200 à 600 visites par mois, or, lorsque j’ose faire un rapport lecteurs/travail personnel sur le blog, que je ne ferai pas puisque je suis nul en math, cela ne fait pas beaucoup, étant donné que je passe environ 35 heures par mois à écrire des articles.

Vous connaissez sûrement cette sensation d’écrire pour n’avoir qu’un trop petit résultat au final. Comme si le travail effectué ne servait à rien ! Le blogueur est fier de ses textes en général, ne pas avoir la reconnaissance finale est un facteur de dépression et de pressions, puisque le blogueur ira se bourrer la gueule à la bière parce qu’il est dépressif. CQFD.

Ce qui manque au blogueur : des lecteurs. Sans quoi, le petit blogueur sera un solitaire, a poor lonesome cow-boy, and à löng wày frôm höme. (j’ai un mauvais accent anglais, mes excuses.) Même si le plaisir d’écrire est là, le plaisir de se faire lire est plus grand.

Je vais donc vous donner en 5 points des conseils pour ne pas tomber dans la dépression et continuer d’écrire, coûte que coûte. (Des conseils, mais je ne promets pas que ça marche ! Ce ne sont que des conseils personnels et subjectifs qui peuvent vous être appliqués)

 

Les conseils pour sortir du bluesgueur

Conseil n°1 : Se dire qu’on écrit avant tout pour soi

Cela est vrai, pourquoi écrire hormis pour satisfaire son ego surdimensionné de blogueur « Hé ! T’as vu ! J’ai un blog ! J’ai un blog ! J’ai un blog! Tu vas sur mon blog ? Dis ! Dis ! Tu me dis que mon blog il est bien ? Dis !!!! » Ecrire doit, selon mon humble avis, être un plaisir personnel. Et non, comme la plupart du temps, un vecteur de compliments.

Tenez, je vais me prendre en exemple (dit-il, alors qu’il y a quatre lignes, il critiquait les egos surdimensionnés), je considère l’écriture comme une drogue. Oui, je le dis, je n’ai pas peur de le dire, l’écriture est ma drogue. Meilleure pour la santé que le tabac, tout aussi délirante que de l’alcool, aussi bonne que le sexe (après ça dépend du partenaire, mais je suis un bon coup personnellement alors bon… Mais qu’est-ce que je raconte moi ?????!!, ON S’EGARE, ON S’EGARE !) , plus légale, dans notre pays du moins, que n’importe quelle autre drogue…

L’écriture a ce fabuleux pouvoir d’enfermer l’auteur dans une bulle. Dans un cocon où il dit tout ce qu’il a sur le cœur. L’écriture est un plaisir à l’état brut. Je conseille notamment d’instituer des habitudes d’écriture pour rendre le tout encore plus euphorisant et jouïssif. Personnellement, j’écoute toujours du Shaka Ponk en écrivant, pour leur musique rythmée et entraînante, en mangeant du chocolat, de préférence le soir et en caleçon dans mon lit pour être à l’aise (véridique… Vous allez ressortir de cet article avec une super image de moi !). Amis blogueurs et blogueuses, essayez un jour, vous verrez, c’est uuultra-kiffant (avec 3 « u »… « u », « u », « u » dada!).

L’écriture doit être votre petit moment qui vous permet de prendre du plaisir. L’écriture est votre moment. A vous. Pas aux autres. Et s’ils ne sont pas là pour lire ce qu’il se passe dans votre bulle, tant pis pour eux. Vous prenez du plaisir tout seul, ce n’est pas grave. Faîtes vous plaisir vous avant de penser aux autres. (J’ai écrit le même texte au mot près sur le thème « le célibat et la sexualité »)

 

Conseil n°2 : Se motiver

Le bluesgueur entraîne une baisse de la motivation. Mais pour garder la motivation, il y a une règle toute simple à appliquer : se garder des objectifs. Ce que je vais dire concerne surtout les blogs d’humeur.

Là encore je me prends en exemple (Parce que mon pékinois m’a dit wouah en me regardant), je joue, dès que je m’ennuie, autant vous dire que ça arrive très souvent, à un petit jeu.

Le principe est simple, il suffit de prendre une situation, quelque chose que vous voyez, un détail qui vous a marqué, et d’extraire de ce détail la plus grande quantité d’information, le maximum de comparaison, de regarder ce qu’il y a de bizarre là-dedans. C’est simple, (pas cher) et efficace, étant donné que ce jeu va vous donner des idées d’article ! Tout simplement !

Et avoir des idées d’articles, avec des idées de contenus, vous motivera pour écrire. Puisque garder une très bonne idée sans la faire germer, cela n’est pas très agréable… C’est ainsi, toujours pour rester centrer sur ma petite personne, hoooo que je m’aime, que j’ai pu rédiger une série d’article en comparant la vie étudiante à un jeu vidéo. Hoooooo que je suis un génie ! « Wouah ! » HOOOOO que mon pékinois est ma groupie !

trucs-de-blogueuse---psy4
Deuxième idée aidant à la motivation, et qui découle de la première idée, avoir toujours sur soi un moyen de noter des choses !

J’ai dans mon portable des notes. Ou pour être précis : une quantité incroyable de notes. Mais vraiment, je n’exagère rien. Des idées d’articles, de situations, de dessins… Et ceci pour mes deux blogs. Avoir les idées notées permet, en plus de ne pas les oublier, d’avoir un effet « t’as vu tout ce que tu peux faire !!! » Très encourageant et hyper bon pour la motivation.

 

Conseil n°3 : Continuer d’écrire

Ceci est un conseil rapide, simple et efficace, qui a déjà été évoqué : il faut continuer d’écrire. Pour vous. En instaurant des habitudes et un rythme d’écriture que vous tenterez de conserver. S’imposer un rythme de publication permet de se motiver à écrire le prochain article, sans repousser au lendemain pour éviter d’être pris par le temps, mais aussi de fidéliser le lecteur ! Que du bonus ! (Non, je n’ai aucune connerie à dire sur ce conseil… Je ne trouve pas… Je me sens malheureux de ne rien trouvé…)

 

Conseil n°4 : Ne pas avoir peur des stat’

A mes débuts, lorsque j’ai vu que mon blog n’intéressait pas, j’étais désespéré. A un tel point que je n’osais plus regarder mes statistiques. Ou plutôt, je voyais d’un mauvais œil les statistiques du blog. Avec mon œil gauche, parce que c’est celui avec le moins de points. C’est mon ophtalmo qui me l’a dit « ho ! Votre œil gauche n’a que 8 points ! » Si j’avais su, je lui aurais fait des anti-sèches pour qu’il gagne plus de points. Par contre mon œil droit, quel prétentieux, « ouiiii, moi j’ai 9,5 !!! » Il se la pète ! Un truc de fou ! Bref. Ne nous égarons pas. Parce que j’ai pété le GPS, donc on ne serait pas dans la merde après.

J’ai donc découvert, par la suite, qu’il ne fallait pas sous-estimer les statistiques. Vous perdez des visites ? Demandez-vous « pourquoi ? » tel un petit enfant naïf ! Qu’est-ce qui ne va pas ? Vous gagnez des visites ? SUPER ! Allez danser la macarena devant votre fenêtre pour fêter ça ! Et demandez-vous encore pourquoi ? Non pas pourquoi vous gagnez des lecteurs, on s’en fout de ça, mais pourquoi vous dansez la macarena ?

 

Conseil n°5 : Continuer de faire sa pub

Sans non plus faire son blogueur égocentrique « T’AS VU J’AI UN BLOG !!! » Mais en le faisant intelligemment. Mais pour cela, je vous laisse entre les mains expertes de la douce Mia, qui saura vous donner ses conseils mieux que personne…

Sinon… Vous avez vu, j’ai un blog !!!!

 

Et comme j’ai l’habitude de le dire à la fin de chaque article de mon blog : A part ça ? Tout va bien ؟ (Avec un point d’ironie à la fin, «؟», marque de ponctuation française périmée, présente à la fin d’un texte pour dire qu’il est ironique et à prendre à la légère !)

 

Si vous voulez lire l’article où je compare la vie étudiante à un jeu vidéo c’est ici.

 

Note de fin du psy :

Je tiens à dire un énorme merci à Mia pour m’avoir invité sur son blog ! Et merci à tous de m’avoir lu ! J’espère que ce petit article vous a plu ! Au plaisir bande de lapinous psychopathes !

 

A vous de jouer

Êtes-vous déjà passé par le blues du blogueur ?

Et sinon, vous avez aimé l’humour fou de Djy le psy ? Et ses dessins ? Faites-lui un petit commentaire ci-dessous et passez voir son blog, pour une petite consultation sur son divan ^^

 

 

Djy [Monsieur le Psy]

Monsieur le psy, alias Djy, jeune auteur, dessinateur, blogueur, (il peut monter les meubles ikéa en plus aussi si vous voulez), il se plaît à critiquer notre vie avec un ton absurde, mêlant humour noir et ironie. Très actif sur sa page facebook et son compte twitter, il s'est créé un univers à base de pékinois et de tâches.
Voir son blog du psy et son second blog de Fabienne et Francis, l'histoire d'un couple échangeant leurs mots, presque bleus, sur internet, au quotidien...