Téléchargez mon guide sur le référencement

Et recevez les derniers articles par mail
trucs-de-blogueuse-guide-referencement

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide de 36 pages sur le référencement : je vous explique comment référencer votre blog en 20 étapes.
Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici.
Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

Voici un article qui tombe à pic pour cette rentrée (ou veille de rentrée pour les étudiants). Je remercie une nouvelle fois Valérie du blog Drôle de Maman pour son 2e article-invité ! Merci de nous apporter autant de bonne humeur et de raconter aussi bien tes histoires. Vous avez lu son article sur Comment être heureuse de rester seule chez soi ? Moi je dis, tu as vraiment du talent ! ^^


Etes-vous de ceux qui trainent les pieds pour aller au travail le matin ? Rêvez-vous d’une vie plus créative, sans horaire fixe ? De vous réaliser enfin dans un métier artistique ? De devenir une star du grand écran ou à défaut du petit ? Car après tout, être comédien, c’est facile, n’importe qui peut le faire. Stop. Voici le moment de connaitre la vérité et de découvrir à quel point vous êtes chanceux de travailler dans un bureau.

1. Décrocher un rdv chez un agent

Pour une comédienne, avoir un agent c’est un peu comme pour un chauffeur de taxi avoir une voiture, c’est à dire que sans ça, vous avez peu de chance d’arriver à destination. Seulement voilà, les comédiens sont très nombreux, les agents peu nombreux, et les rôles encore plus rares. Car comme tout le monde le sait, dans cette profession, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus, et sans agent, vraiment aucune chance d’être appelé (en tout cas au téléphone.)
La semaine dernière, je décroche enfin un RDV chez un agent. Après 10 ans de petits plans à droite à gauche, je sens que le jour J est enfin venu, c’est mon heure (H), c’est mon année (A), bref le moment est enfin venu de sortir de l’ombre.

C’est à Nanterre, c’est à dire en banlieue parisienne et évidemment je me perds (cf : Comment être heureuse de rester seule chez soi). Après plusieurs tentatives, et plusieurs : “mais bon sang, tu l’as caché où, ton sens de l’orientation ?” (que je me dis à moi-même, cf: Les 10 trucs qui nous rendent malheureux en moins d’une seconde), je trouve le numéro de la rue. Une fois le portail franchi, j’espère de tout cœur que je me sois vraiment trompée d’endroit : un jardin à l’abandon, une carcasse de voiture qui traîne à droite, des chats déplumés qui miaulent à gauche, j’avance tout en reculant (pas facile) prête à décamper quand une silhouette grassouillette me fait signe d’approcher.

“Mon” agent porte un vieux (sale) jogging vert et une chemise hawaïenne qui date d’une autre décennie, aux pieds, des crocs d’une couleur indéfinissable, et partout sur ses habits des poils de chats qui semblent dessiner un message que je décrypte sans mal : “SAUVE-TOI!”. Trop tard, je suis déjà dans la maison (sombre, tous les volets sont fermés) j’ai l’impression d’avoir subitement plongé dans mon petit écran et de ne pas avoir atterri au bon endroit : “Zone interdite” me voilà ! L’odeur de moisi en plus.

Il m’explique qu’il n’a pas grand chose à me proposer, il est surtout spécialisé “mains” (vous savez, ces pubs où l’on voit un gros plan du pack de lessive tenu par de jolies mains de femmes et bien, elles n’appartiennent pas à la femme que vous avez vu juste avant, ce sont des “mains achetées” pour l’occasion. Qu’est-ce que tu fais dans la vie ?… Je suis “main”. Et toi ?… Moi je suis “pied”. Chouette, on va avoir plein de trucs à se dire.) Il enregistre dans sa base de données mes photos et mon C.V. et je peux enfin m’enfuir avec un : “merci beaucoup, à bientôt” qui me brûle les lèvres.

2. Passer un casting

trucs-de-blogueuse---travailler-dans-un-bureau-1

Photo : © Ivan Montero

Il ne faut jamais juger les gens sur leur apparence. On le sait, mais on ne le croit pas. (cf la vie des autres est-elle plus belle que la notre ?) Deux jours plus tard, mon “agent en croc” m’appelle. Un casting pour une série à la télé. Rien de très glorieux, juste une de ces script-réalité (histoire inspirée de faits réels) que la ménagère (la fameuse qui achètera la lessive) regarde le matin en faisant son repassage. Mais, au fait, elle existe encore cette ménagère-là ?… Bon, je m’en fous, j’ai un texte à apprendre, je suis trop contente. En plus le personnage me va bien, une jeune fille timide et un peu ronde (bien que je ne le sois pas tant que ça) qui est jalouse de sa sœur, grande et belle (je ne le suis pas du tout) et qui se fait draguer par son voisin, un ancien camarade l’école, avant de se le faire piquer par sa sœur et de se rendre compte qu’il est homo. ( Scénario hautement élaboré, donc).

Je répète devant mon miroir en me disant : “J’ai deux sœurs, je sais ce que c’est la jalousie, c’est dans la poche !”… Sauf que. Après avoir appris les 4 pages de texte, je me rends compte, qu’en fait, je suis convoquée pour le rôle de… la mère !…  La mère!… C’est bien ça : “Hélène, entre 40 et 45 ans”. Ah, oui, c’est vrai. J’avais oublié, je n’ai plus 24 ans. Et ça commence à faire longtemps, d’ailleurs. Je suis passée de l’autre côté (du miroir – dans lequel je me regarde plus attentivement du coup… Ah oui, j’ai des rides, ici et là, et là aussi…) Mais de là, à me retrouver en trois minutes avec deux filles de 24 et 26 ans, ça fait un choc. De toute façon ça ne pouvait pas coller avec le personnage de la fille, je ne suis pas aussi “ronde” que ça, pas ronde du tout, même. Non, mais!

trucs-de-blogueuse---travailler-dans-un-bureau-2

Photo : © AA+W

J’arrive au RDV, le cœur tremblant, les jambes aussi. Je ne suis pas très rodée à cet exercice qui consiste à livrer le meilleur de ce qu’on sait faire en moins de 5 minutes. Le casting director m’accorde à peine un regard, encore moins un bonjour. Il voit défiler des filles depuis ce matin, on sent qu’il arrive à saturation. Mais bon, en même temps, c’est son métier, il aurait pu faire charcutier sinon (ou astronaute, s’il n’aime vraiment pas les gens).

“Allez, on y va?… Tu me fais la scène?”
Je prends une bonne respiration et je me lance (l’astronaute-qui-a-raté-sa-vocation me donne la réplique caché derrière sa caméra). C’est bon, j’ai fini. Je suis contente, j’ai tout dit, aucune erreur de texte (qu’on m’avait envoyé la veille) et l’impression d’avoir bien rendu le personnage. Silence, puis avec regard condescendant :
“Bon, ben, tu vas la jouer maintenant !”
Difficile d’être plus blessant et humiliant en une seule phrase.
The Day, ce ne serait pas Aujourd’hui, donc.

3. Etre choisie pour un rôle

Bon. Ne pas se décourager. Qui a dit que c’était facile ?
Le lendemain je reçois un mail : j’ai été sélectionnée “sur photo” pour une pub. Chouette ! Pas la peine d’avoir un agent, finalement.
J’arrive sur le tournage quelques jours et quelques heures de RER plus tard. Là, on me dit qu’en fait, il s’agit d’une figuration. Ah?… Traduisez : cachet = celui d’un rôle/20.

Il pleut. Ca caille. Mais J’y suis, j’y reste. Je m’abrite sous une tente de fortune où quelques carrés de chocolat me tendent les bras en guise de table régie. Quelques centaines de grammes de chocolat plus tard (on se console comme on peut), c’est mon tour. C’est une pub pour une voiture électrique et il s’agit d’improviser pendant 20 minutes tout en conduisant, seul face à la caméra embarquée sur le tableau de bord. Je me tourne vers les autres figurants :
“Eh, les gars ?… Vous savez que ce n’est pas du tout de la figuration, ça?… Et que ce n’est pas du tout le tarif normal, donc ?”…
“Tu sais… c’est tellement dur de trouver du taf… j’ai besoin de faire mes heures… en plus j’élève seule mes filles…”

”Ok… mais c’est pour qui, au fait ?… une petite marque de voiture qui se lance et qui n’a pas de quoi payer normalement ?… un organisme humanitaire dont on peut épouser la cause?…”
”Non, c’est pour RENAULT.”
Ok. Donc, 2 heures de RER + 3 heures d’attente sous la pluie + 2 kilos de chocolat à perdre en perspective + 20 minutes d’impro : création du texte et du personnage + 2 heures de RER retour = 88€ (dépenses engagées : 350€ book photo + 80€ inscription site casting +40€ baby-sitter (cf comment faire garder ses enfants sans dépenser un centime) = trop cher pour le salaire reçu)

Là, je m’adresse à l’attaché de production, bien au chaud dans sa doudoune Northface :
– Et dites-moi, on va recevoir des droits à l’image quand même, vu que je serais en gros plan et à la télé ?… Non ?!!!…
– Ca te convient pas ?…Tu veux appeler ton agent ?…

Moi, je rêve de me réveiller le matin avec la perspective de travailler dans un bureau chauffé avec une machine à café dans le couloir. Si seulement c’était possible !… Qu’est-ce que je donnerais pour avoir des tickets restau, des RTT à prendre, des collègues bavards ou/et hypocrites et toujours le même genre de trucs à faire tous les jours de l’année pour un salaire défini à l’avance… ce serait tellement reposant… et épanouissant!… Mais oui, je sais, faut pas rêver dans la vie.

 

A vous de jouer

Racontez-nous votre premier jour de rentrée…
Est-ce que vous rêveriez être comédienne à la place de Valérie ? ^^

 

 

Valérie [Drôle de Maman]

Au départ créé pour les mamans solos (car elle en était une), son blog est devenu le blog de toutes les mamans (elle n'est plus solo), toutes celles qui voient la vie en couleur (parce que c'est quand même bien mieux qu'en noir et blanc). Oh, ça rime!... Et bien sûr, son blog s'adresse aussi aux pères, aux grands-mères, aux grands-pères,... bref à tous ceux qui s'occupent d'un ou plusieurs enfants et qui ont envie d'y mettre suffisamment d'humour pour que la vie soit plus colorée encore qu'un paquet de chupachups (cf "Conçu pour les enfants?"). Bon, là, ça rime pas, d'accord, mais elle n'a pas dit que c'était un blog de poésie, si ?
Voir son blog.
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.