Plus de visiteurs, plus d'inscrits sur votre blog !!

Accédez à la bibliothèque de ressources gratuites pour blogueuse 

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide de 36 pages sur le référencement : je vous explique comment référencer votre blog en 20 étapes.
Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici.
Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

Le DIY… un bien vaste sujet qui prend de plus en plus d’ampleur. Vous souhaitez vous lancer mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Ade, blogueuse DIY sur Do Do Do, nous explique toutes les étapes pour créer puis mettre en valeur nos créations. N’oubliez pas de faire ensuite un tour sur son blog, il recèle de DIY très sympas et faciles à faire !


Le DIY (Do It Yourself) ou l’art de faire soi-même un objet ou une création, on en parle partout, on en voit sur beaucoup de blogs (le mien y compris), et même si parfois on a des idées et on aimerait bien se lancer et présenter un tutoriel original sur son blog, ça peut paraitre compliqué. Voici quelques conseils, étape par étape (à la manière d’un DIY donc) pour y arriver !

trucs de blogueuse - comment se lancer dans le DIY 4Etape 1 : avec quoi commencer ?

D’abord, on s’intéresse au matériel. De quoi a t-on besoin ? Et bien je dirai que cela dépend de ce que vous voulez fabriquer et présenter. Si ce sont des bijoux il vaut mieux s’armer de pinces plates et rondes, pour du tricot de bonne vieilles aiguilles, et pour de la couture, avoir une machine à coudre c’est plutôt pratique. Bref, il faut adapter son matériel à ses envies de créations. Si vous êtes déjà une pro, vous avez surement déjà le matériel nécessaire. Mais si vous débutez, je vous conseille de vous concentrer alors sur une technique particulière avant d’acheter beaucoup beaucoup de matériels différents. Par exemple j’ai commencé avec les bijoux, et j’apprends petit à petit de nouvelles techniques. Donc j’achète petit à petit de quoi compléter mon arsenal créatif.

trucs de blogueuse - comment se lancer dans le DIY 6

Pour les compétences, pas besoin de s’y connaitre parfaitement dans toutes les techniques. J’expérimente souvent sur mon blog de nouvelles choses (comme la peinture sur céramique ou la couture) et je suis plutôt franche sur ce fait. Cela me permet, sans être une pro, de pouvoir tout de même expliquer la façon de faire, les appréhensions et les erreurs de débutants à éviter. On découvre aussi beaucoup en faisant.

 

Etape 2 : prendre de jolies photos

Concernant les prises de vue, la luminosité est essentielle. C’est même l’un des points les plus importants. Même si on peut illuminer ensuite ses photographies grâce à des logiciels de retouches, il est toujours mieux d’avoir une bonne base où vous pourriez avoir des surprises. Et croyez-moi, il n’y a rien de plus rageant que de passer 2 heures sur un tutoriel et que toutes les photos soient sombres, pratiquement inutilisables ou bien loin du résultat que vous espériez… Il faut de préférence avoir un endroit bien ensoleillé. Cela suppose de s’organiser pour faire et photographier ses tutoriels dans la journée, et pendant les heures d’ensoleillement. Je ne vous cache pas que c’est plus facile en été qu’en hiver. Mais il aussi possible de tricher avec l’ajout d’une lampe et surtout d’une ampoule blanche (surtout pas jaune).

trucs de blogueuse - comment se lancer dans le DIY 3

Le second point primordial selon moi concerne le fond. Il est plus agréable pour le lecteur que le fond soit plutôt clair et cela mettra d’autant plus en valeur les étapes de créations mais aussi le résultat final. J’ai parfois fait un fond plus sombre ou noir mais aucun tutoriel ne rend aussi bien que sur du blanc. Bon si c’est du beige je ne vais pas pinailler. Et quand on n’a pas un espace de travail clair, on peut s’en créer un en ajoutant du papier, un tissu (bien repassé) ou même un carton blanc ou une planche de bois pour avoir un environnement adéquat. On peut même se fabriquer à moindre frais un mini studio photo aux couleurs de son choix (on est fan de DIY jusqu’au bout ou on ne l’est pas ^^ ). Vous pouvez trouver par exemple un tutoriel ici.

trucs de blogueuse - comment se lancer dans le DIY 2Ensuite, il est important de bien disposer ses objets, de prendre des photos à des étapes clés. Parfois, je détaille avant par écrit les différentes étapes pour avoir une meilleure idée du déroulement. Cela m’aide ensuite à rédiger et à estimer le temps que je vais mettre, même si on ne le découvre qu’au moment de faire. Mais mieux vaut bien préparer le terrain…

 

Etape 3 : les retouches

Une fois les photographies prises à chaque étape clé, il faut ensuite trier les images et surtout les retoucher. En pratique, je copie toutes mes photos dans un premier dossier, je note ensuite sur un bout de papier celles qui m’intéressent en les faisant défiler. Et je copie la sélection dans un deuxième dossier. Cela me permet d’avoir les photos sélectionnées en double, ce qui est bien pour 2 raisons :

  1. Si je fais une mauvaise manip’ en la retouchant, j’ai encore la photo d’origine que je peux récupérer ;
  2. Je peux voir facilement les photos qui m’intéressent sans qu’elles soient noyées parmi la centaine d’autres, inintéressantes ou floues (je vais donc plus vite).

 

Concernant les retouches en elles-mêmes, tout dépend du logiciel que vous utilisez. Si vous avez Photoshop, de nombreuses possibilités s’offrent à vous mais il vaut mieux s’y connaitre un peu avec ce logiciel et il est payant (et plutôt cher). D’autres logiciels gratuits ou libres sont en revanche disponibles, comme Gimp ou Photofiltre qui offrent des possibilités variées. C’est là qu’il est important d’avoir de bonnes photos, lumineuses et claires, cela vous évite de devoir trop y retoucher ensuite. Même si personnellement, je revois toujours au minimum la luminosité et les contrastes pour rendre les photos plus attrayantes.

N’oubliez pas ensuite de les enregistrer telles quelles et d’en faire une copie « basse qualité » pour le web, de taille plus réduite et en 72 dpi (pixels par pouce), cela facilitera l’affichage des photos à vos lecteurs.

 

Etape 4 : la description des étapes

Il faut ensuite écrire les textes qui accompagneront vos photos. Le mieux, c’est d’être clair, et de faire simple. En général, j’écris de la même façon que si je parlais à l’une de mes amies pour lui expliquer comment faire. Et si vous utilisez des termes techniques, il vaut mieux les expliciter. Il y a en effet fort à parier qu’un bon nombre de débutants lisent votre article.

Pour la mise en page, il y a plusieurs possibilités. On peut d’abord insérer l’image d’une étape du tutoriel puis le texte explicatif juste en dessous. C’est clair, c’est direct, et ça évite les allers retours du lecteur entre la photo et le texte. Si on s’y connait en mise en page, on peut aussi mettre en place toutes les photos des étapes avec des numéros et mettre ensuite le descriptif complet dessous en se référant aux numéros d’étapes. Cela peut aider à avoir une mise en page plus immédiate. Avec toutes les photos d’un coup, le lecteur n’a pas besoin de « scroller » 50 fois, et ça limite le nombre d’étapes. Cela permet aussi de mettre ses tutoriels en entier sur Pinterest ou les réseaux sociaux quand on veut les partager (à faire attention toutefois à donner envie au lecteur de venir sur votre site)…

Je vous déconseille d’écrire directement les descriptifs dans votre image. C’est ce que j’avais fait au début et j’ai changé rapidement ma façon de procéder. D’abord parce que c’est moins pratique pour le lecteur si l’image ne s’affiche pas correctement, ou si l’écriture ne se différencie pas bien du fond (écrire en noir sur blanc, c’est encore le mieux). Ensuite Google ne prendra pas en compte les mots-clés qui peuvent éventuellement se trouver dans vos descriptifs (et là bye-bye le référencement optimisé).

 

Pour finir, une erreur commune à éviter…

Concernant les erreurs à éviter, je vous dirais de ne surtout pas sous-estimer le temps à consacrer à chaque tutoriel. Quand j’ai commencé je pensais que je pourrais écrire 3 articles par semaine sans soucis tout en travaillant 35h/semaine. Si ce sont des articles courts oui, mais si on veut faire du DIY de qualité en réfléchissant bien en amont et en faisant de belles photos, il faut prévoir au moins 5 ou 6h (voir beaucoup plus) entre la préparation, les prises de vues, les retouches et l’écriture de l’article. Si vous mettez moins de temps, tant mieux. Il m’arrive aussi de prévoir plus qu’il ne fallait et finir avant. Et franchement, il vaut mieux que ça se passe dans ce sens. Le petit sentiment de victoire est d’autant plus agréable ^^
trucs de blogueuse - comment se lancer dans le DIY

A la recherche de la clarté…

Je me suis lancée avec mon blog il y a plus d’un an et demi et cela m’a énormément appris. La remise en cause est omniprésente, concernant la façon de faire, de mettre en page. C’est pourquoi j’ai déjà changé radicalement ma façon de présenter mes photos l’année dernière et que j’expérimente encore et toujours. Le blog reste en constante évolution, c’est un « work in progress » continu et c’est peut-être ce qui est le plus intéressant…

J’espère que ces conseils vous auront aidé à y voir plus clair, vous auront donné envie de démarrer ou de continuer. N’ayez pas peur d’expérimenter, il n’y a pas une recette miracle, plusieurs sont valables, il faut juste trouver ce qui convient à chacun selon ses envies !

 

A vous de jouer

Vous faites du DIY vous aussi ? Avez-vous d’autres conseils à apporter ? Partagez avec nous vos astuces dans les commentaires ci-dessous.

 

 

Ade [Do Do Do]

Ade, 27 ans, toulousaine, blogueuse DIY, passionnée par la création sous toutes ses formes, fan de son chat, addict aux bijoux et à la mignonnerie.
Voir son blog

Les derniers articles par Ade [Do Do Do] (tout voir)