Téléchargez mon guide sur le référencement

Et recevez les derniers articles par mail
trucs-de-blogueuse-guide-referencement

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide de 36 pages sur le référencement : je vous explique comment référencer votre blog en 20 étapes.
Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici.
Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

Voici un article écrit par Théo Rossi du blog Blogging Enchanteur. Il nous explique comment il a fait pour arrêter d’être invisible sur son blog et être lu par des milliers de personnes.


Ce n’est plus possible.

Ce qui vient de se passer, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Ce nouvel article que vous venez de publier et que personne ne remarque une fois de plus, vous n’en pouvez plus.

Aucun commentaire, aucun partage… Rien.

C’est déprimant.

Revenons quelques temps en arrière.

Il y a quelque mois vous avez découvert le blogging, et vous étiez toute excitée à l’idée d’écrire sur votre passion et de partager vos connaissances au monde entier.

Alors vous avez procédé comme ceci : vous avez installé WordPress, quelques plugins et vous avez publié votre premier article.

Vous étiez si fière que vous en avez publié un second, puis un troisième…

Bon, presque personne ne les lisait au départ, mais vous n’étiez pas inquiète puisque ce n’était que le début. Des gens allaient bien finir par vous remarquer à force, non ?

Alors vous avez continué à publier, encore et encore… Mais aujourd’hui, il faut vous rendre à l’évidence : vous foncez droit dans le mur. Personne ne remarque ce que vous publiez.

Vous ne voyez personne qui partage vos articles.

Vous ne voyez personne qui commente vos articles.

Vous ne voyez personne qui aime vos articles.

La seule chose que vous voyez, c’est cette courbe Google Analytics, plate comme le ventre d’un mannequin anorexique.

Vous vous sentez invisible.

 

 trucs-de-blogueuse-stopper-invisible

 

Vous ne savez pas quoi faire pour montrer au monde que vous existez, pour qu’on daigne vous accorder un peu d’attention… C’est frustrant, véritablement.

Tout ce travail fourni pour si peu de récompenses, il y a de quoi se décourager.

Je sais ce que c’est : je suis passé par là moi aussi.

Lorsque j’ai lancé mon tout premier blog, personne ne me lisait et je n’attirais l’attention de personne.

J’avais l’impression de mal faire quelque chose, d’écrire des articles qui n’intéressaient personne… Jusqu’au jour où j’ai pu inverser la tendance avec mon nouveau blog.

Sur mon blog actuel, j’ai réussi à attirer des lecteurs, des inscrits, et je commence petit à petit à créer une communauté sympa.

Vous voulez savoir comment c’est possible ? Comment je suis passé de blogueur invisible à blogueur qu’on remarque ?

Eh bien, tout cela est dû à une méthode que j’ai appliquée.

Cette méthode, c’est celle que je vais vous dévoiler dans cet article. Elle est composée de 3 étapes et si vous la suivez, j’ai bon espoir de croire qu’elle va changer votre situation en tant que blogueur.

Ce boulet de 100 kilogrammes que vous trainez à la cheville et qui empêche votre blog de décoller, on va le détruire ensemble.

Pour que vous stoppiez d’être invisible.

Pour que vous deveniez inoubliable pour vos lecteurs.

C’est parti.

 

1) Ecrivez avec empathie

Bon, ce que je vais vous dire risque de ne pas vous plaire. C’est brutal, direct, et ça va sûrement vous vexer.

Comprenez-moi : si j’endosse la peau du méchant aujourd’hui, c’est pour vous faire prendre conscience d’une vérité tragique, mais bel et bien réelle.

Vous êtes prêt ? La voici : vos lecteurs n’en ont rien à battre de vos articles.

Vous pensez que fournir du contenu de qualité est suffisant pour qu’on vous remarque ?

C’est faux. Regardez par vous-même :

Ces chiffres sont démentiels.

Vous ne pouvez pas vous démarquer de cette concurrence rien qu’en publiant du bon contenu ? C’est impossible.

Si vous voulez sortir du lot à travers le nombre gargantuesque de blogs qui existent, vous n’avez pas le choix : vous devez montrer à vos lecteurs que vous les comprenez.

Pourquoi ? Pour une raison toute simple : vos lecteurs ne sont intéressés que par eux.

Eh oui, seule leur petite personne leur importe.

Ignorez les désirs et les problèmes de vos lecteurs, et c’est vous qui serez ignoré, tapis dans l’obscurité à jamais. Mais montrez-leur que vous les comprenez, et ils vous donneront toute l’attention du monde.

Maintenant, vous voulez sûrement savoir comment montrer à vos lecteurs que vous les comprenez n’est-ce pas ?

Je vais vous le dire : vous devez écrire avec empathie.

Ecoutez. Je n’ai pas l’habitude d’utiliser des termes pompeux, mais l’empathie est l’arme la plus puissante du blogueur. Elle vous permettra de fédérer une communauté de fans enragés autour de votre blog.

De fans qui parleront de votre blog au monde entier.

Alors, vous voulez connaitre la clé pour écrire avec empathie ?

La voici :

  1. Mettez-vous à la place de vos lecteurs
  2. Ecoutez leurs plaintes
  3. Reformulez le tout dans votre article de façon à montrer que vous les comprenez

Point final.

Agissez comme un perroquet qui répète tout qu’il entend, et vous vous en sortirez comme un chef.

Car si vous arrivez à montrer à vos lecteurs que vous les comprenez, il va se passer quelque chose de magique entre vous et eux : vous allez créer une connexion.

C’est ce que j’ai essayé de faire entre nous dès le début de cet article, en écrivant des phrases comme :

  • Ce nouvel article que vous venez de publier et que personne ne remarque une fois de plus, vous n’en pouvez plus.
  • C’est déprimant.
  • Vous vous sentez invisible.

Vous voyez ? Je me mets à votre place, je décrypte votre situation et je reformule le tout pour vous montrer que je vous comprends.

Je sais ce que vous vivez car moi aussi j’ai galéré avec mon blog au départ.

Je me sentais invisible comme vous pouvez vous aussi le ressentir… Jusqu’à ce que j’applique la méthode que je suis en train de vous donner, celle là même qui m’a permis d’attirer et trafic, commentaires et partages.

Et en vous montrant que je vous comprends, il y a quelque chose qui se passe : une connexion se crée entre nous.

C’est cela, la véritable puissance de l’empathie.

Si vous le faites correctement, votre lecteur se sentira compris. Il se dira « Mais oui, c’est exactement ça ! » lorsque vous direz ce qu’il ressent et que vous décrirez la situation dans laquelle il se trouve.

Et vous savez ce qui se passera à ce moment là ?

Il vous donnera plus d’attention qu’à n’importe quel autre blogueur.

Voici pourquoi :

Nous cherchons tous une personne qui nous comprenne. Si nous arrivons à tomber sur une de ces précieuses personnes, nous leur donnons plus d’attention qu’à n’importe qui dans notre vie.

Je suis sûr que vous voyez de quoi je veux parler : ce sentiment de gratitude qui nous envahit lorsqu’on parle avec une personne qui nous comprend et qui nous écoute pleinement, sans jamais nous juger un seul instant. Cette personne avec qui on peut être nous-même à 110%.

Vous avez déjà du ressentir cela avec une personne très proche de vous, comme votre père, votre mère ou encore votre meilleure amie.

Ce sentiment est chaud et réconfortant, et ça vous donne envie de ne jamais vous éloigner de la personne en question qui provoque ça chez vous.

 

trucs-de-blogueuse-stopper-invisible-reconfort

 

En réalité, cette sensation est une drogue dure.

Et c’est pour cette raison que si vous arrivez à la faire ressentir à vos lecteurs, ils ne voudront vous quitter pour rien au monde.

Les seuls articles qu’ils voudront lire seront les vôtres. Ils seront accros à votre contenu, ils le commenteront, ils le partageront.

Ils ouvriront le moindre de vos mails, car ils attendront avec impatience de vos nouvelles.

Mieux, vous aurez accès Saint-Graal des blogueurs : vous ferez des ventes. Comme vous ferez ressentir des sentiments puissants à vos lecteurs et que vous aurez créé une connexion entre vous et eux, ils vous feront confiance… Et ils n’hésiteront pas à acheter vos produits.

Malheureusement, le contraire est aussi vrai.

Si vos lecteurs sentent que vous ne les comprenez pas, ils n’auront rien à faire de vos articles.

Vous aurez beau être le plus beau, le plus brillant et le plus gentil, rien ne pourra empêcher vos lecteurs de partir ailleurs sans vous écouter.

Tout ça parce qu’ils se mettront à la recherche de ce blogueur qui saura les comprendre.

Alors prouvez-le. Prouvez que vous comprenez vos lecteurs et que vous les connaissez encore mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes.

Puis ensuite enseignez-leur votre savoir.

Donnez vos astuces, vos conseils, vos techniques, mais ne le faites jamais avant de leur montrer que vous les comprenez.

Ne le faites jamais avant d’avoir écrit avec empathie.

Ne le faites jamais avant d’avoir créé cette connexion magique, à l’origine de tous les miracles.

Ou sinon, ils ne vous écouteront jamais.

 

2) Racontez une histoire

Si l’empathie est l’arme la plus puissante du blogueur, le storytelling est l’équivalent d’une bombe nucléaire.

Vos lecteurs ne veulent pas lire un texte soporifique qui ne fait qu’apprendre des choses et qui ressemble à un cours de maths (il y a Wikipédia pour ça).

Non. Vos lecteurs ne veulent pas être informés : ils veulent être séduits.

Et le meilleur moyen de faire ça, c’est de raconter une histoire. D’enrober vos conseils d’un récit.

De cette façon, vos lecteurs vont dévorer vos articles.

Mais il y une règle à respecter lorsque vous racontez une histoire : votre récit doit soutenir un point de votre article.

Pour vous donner un exemple, je vais vous raconter mon histoire personnelle, avec un événement qui m’est arrivé il y a 5 mois (et vous allez voir que cette histoire soutient le premier point de cet article, c’est-à-dire lorsque je vous ai parlé de l’empathie).

12 Juillet 2016… Je m’en souviens comme si c’était hier.

Et comment ne pas m’en souvenir puisque c’était mon anniversaire, le jour de mes 19 ans pour être exact (eh oui, je suis un jeune homme).

Mais ce jour m’a marqué non pas par la journée exceptionnelle que j’avais pu passer avec mes proches et les gens que j’aimais, mais par le soudain foudroiement qui m’a frappé au poumon lorsque j’étais en train de déballer le cadeau que m’avait offert ma copine.

Ce qui s’est passé après ? Je ne m’en souviens pas… Vision trouble. Crâne prêt à exploser comme s’il était compressé dans un étau. Puis le noir.

Total.

Silencieux.

Implacable.

Je me réveille environ 30 minutes plus tard, mais pas dans mon salon au milieu de mes proches.

Non.

Je suis allongé sur une civière à l’arrière d’une ambulance, un masque d’oxygène sur le visage, ma mère me tenant la main juste à côté.

Comment cela a-t-il pu basculer aussi vite ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

Ah, je crois avoir ma réponse lorsque j’entends l’ambulancier dire à ma mère que je viens de faire un « pneumothorax spontané et complet du poumon droit ».

Comprenez : mon poumon s’est décollé et ne marche plus.

Et c’est précisément ça qui provoque dans mon corps une suffocation intense. Je n’arrive plus à respirer et cela me transperce les côtes dès que je tente de prendre une bouffée d’air…

 

trucs-de-blogueuse-radio-pneumo-theo-rossi

 

Comme vous pouvez le voir, mon poumon gauche est parfaitement normal. Mais à droite, on voit une bonne partie de noir qui manque sur la radio : c’est mon poumon droit qui s’est décollé.

 

Pour être honnête avec vous, j’ai cru que j’allais mourir ce jour là.

Juste avant de retomber dans les pommes dû à la douleur trop intense, j’aperçois l’ambulancier qui crie sur ma mère. Je suis énervé et je veux lui dire d’arrêter mais je ne peux pas. Je ne peux même plus respirer, alors à quoi bon essayer de bouger…

Mais l’instant avant que mes yeux se ferment, je comprends tout : l’ambulancier tend une feuille à ma mère où il est écrit « Décharge d’autorisation pour opération urgente ».

Et s’il lui crie dessus, c’est pour lui demander de signer rapidement :

« Votre fils va mourir si on ne l’opère pas maintenant madame, signez tout de suite ! ».

Je suis terrifié.

Elle signe.

Et je m’endors.

Je me réveille dans une chambre d’hôpital, ma mère se tenant encore une fois à mes cotés.

Dehors il fait nuit, et un tuyau est inséré entre mes côtes. On m’explique que c’est pour aspirer l’air qui se trouve entre mon poumon et ma plèvre, ce même air qui a failli me tuer 4 heures plus tôt.

J’essaie de me redresser dans mon lit… Mauvaise idée : je tire sur le tuyau, ce qui me vaut une douleur atroce me déchirant les côtes.

Leçon retenue : je reste tranquille.

Je commence alors à observer ma chambre… Et j’aperçois que je ne suis pas seul.

Comme je vous l’ai dit, ma mère est là, mais il y a quelqu’un dans le lit qui se trouve en face de moi.

C’est un petit garçon (13-14 ans je dirais) qui se tient là.

Il me sourit, je lui souris.

Je lui demande pourquoi il est là, et il me répond qu’il s’est fait renverser par une voiture. Ça explique tous les bandages et plâtres sur son corps.

J’apprends plus tard dans la conversation qu’il a ses deux jambes cassées et un bras fracturé. Pauvre gosse.

C’est là où je lui pose cette question « Au fait, ils sont où tes parents ? ».

Et c’est là qu’il me répond « Je n’en ai pas, je suis orphelin. »

Je vais être honnête avec vous : cette réponse m’a déchiré de douleur, bien plus que le tuyau qui se trouvait enfoncé dans mes côtes.

Lorsque je me suis réveillé de mon opération, j’avais pu trouver ma mère à coté de moi. Et mon père n’allait pas tarder à nous rejoindre également.

Avoir sa famille lorsqu’on est à l’hôpital, c’est un immense soutien psychologique. Vraiment.

Mais ce petit garçon qui se trouvait en face de moi ? Il n’avait pas de parents. Je n’osais pas imaginer la solitude qu’il avait du ressentir lorsqu’il s’est réveillé de son opération sans personne pour lui tenir la main, sans personne pour le réconforter…

C’est à ce moment là que j’ai décidé d’une chose : tous les moments que l’on passerait ensemble dans cette chambre d’hôpital, je ferai en sorte de les rendre moins douloureux pour lui. J’essaierai de remplacer sa famille perdue le temps de quelques semaines, pour ne pas qu’il se sente seul.

Au final si je vous raconte cette histoire, c’est pour soutenir mon discours sur l’empathie que je vous ai tenu plus haut.

Car comme je vous l’ai dit, l’empathie a cette force de créer une connexion entre vous et vos lecteurs. Une connexion indestructible entre deux êtres.

C’est exactement ce qui s’est passé entre nous.

Entre ce petit garçon de 13 ans et moi.

Entre Mathieu et moi.

Pendant trois semaines, nous sommes restés allongés sur nos lits à l’hôpital, dans l’incapacité de bouger. Et pendant ces trois semaines passées ensemble, nous nous sommes rapprochés au point d’être de la même famille. J’étais heureux de savoir que je rendais son séjour à l’hôpital un peu plus gai, comme il a pu me le dire plusieurs fois.

Mais lorsqu’il est parti 5 jours avant moi de l’hôpital étant rétabli, vous n’imaginez pas ce que j’ai ressenti lorsqu’il a prononcé ces mots :

« Théo, merci d’avoir été là. Avant que tu n’arrives, je pleurais tous les soirs tu sais. Mais tu es arrivé et j’ai pu parler avec quelqu’un, jouer avec quelqu’un, me confier à quelqu’un. Même si je n’ai plus de famille, tu as été comme un frère pour moi. »

Ouf.

J’ai attendu qu’il parte. Et une fois seul dans ma chambre, j’ai pleuré.

Je ne l’ai pas fait devant lui car je ne voulais pas qu’il me voit dans cet état. Je voulais qu’il garde cette image du « Théo fort qui ne pleure pas même avec un tuyau dans le corps » comme il avait l’habitude de plaisanter…

Mais avec ce qu’il m’a dit juste avant de partir, je ne pouvais pas me retenir. Je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie lorsque Mathieu m’a dit ça.

Et tout ce qu’on a vécu ensemble, je ne le dois qu’à une chose : l’empathie.

Pendant ces 3 semaines, je me suis mis à sa place, j’ai ressenti ce qu’il pouvait ressentir et j’ai parlé à coeur ouvert avec lui.

 

trucs-de-blogueuse-stop-invisibilite-relation-forte

 

Si je vous raconte tout ça aujourd’hui c’est pour vous dire que vous aussi, vous pouvez créer une connexion avec vos lecteurs, comme celle que j’ai eue avec ce petit garçon.

Une connexion si forte que rien ni personne ne pourra la détruire.

 

3) Publiez chez les gros poissons

Vous savez maintenant que le combo empathie + histoire fait un carton. Si vous écrivez un article qui combine ces deux ingrédients, votre texte touchera directement vos lecteurs au coeur.

Mais que se passerait-il s’ils ne le voyaient pas ? Que se passerait-il si vous écriviez un article génial et que personne ne le lisait ?

Imaginez que Martin Luther King n’ait pas prononcé son discours devant le Lincoln Mémorial lors de la Marche sur Washington qui rassemblait plus de 250 000 personnes, mais qu’il l’ait prononcé dans la rue, devant un restaurant.

Vous pensez que l’impact aurait été le même ? Vous pensez que ce discours qui est l’un des plus populaires de l’Histoire aurait été aussi populaire si Martin Luther King l’avait prononcé devant 100 personnes ?

Bien sûr que non.

S’il l’avait prononcé au mauvais endroit, personne ne l’aurait entendu. Il ne serait jamais entré dans l’Histoire, et la fin du racisme aux Etats-Unis aurait mis beaucoup plus longtemps à venir.

Le problème, c’est que je vois trop de blogueurs faire cette erreur : certains publient de superbes articles qui pourraient toucher et engager des gens, mais rien ne se passe… Tout ça parce que personne ne voit leurs articles.

La vérité, c’est que publier sur votre blog alors que vous n’avez pas une audience importante ne sert à rien.

Mais du coup, comment faire pour remédier à ce problème ?

Voici la solution : vous devez publier chez les gros poissons de votre thématique.

Je parle de ces blogueurs influents qui réunissent déjà des milliers (si ce n’est des centaines de milliers) de personnes sur leur site.

Comment réussir à publier chez ce genre de blogueurs ? Honnêtement, ce n’est pas sorcier.

Vous devez juste tisser des liens.

Tout le monde peut lier une relation avec un gros blogueur s’il possède un tant soit peu de persévérance. Voici comment vous pouvez vous y prendre pour attirer l’attention d’un gros poisson de votre thématique :

  • Partagez son dernier article, et laissez-lui un commentaire constructif. Pas juste un « super article, bravo », mais un commentaire qui ajoute de la valeur. Si l’article que vous commentez propose « 10 astuces pour faire pousser de belles plantes », ajoutez une 11ème astuce par exemple.
  • Quelques jours après, envoyez-lui un mail et présentez-vous brièvement. Vous pouvez utiliser ce modèle si vous voulez :

Salut (nom du blogueur influent),

Je suis (votre nom) du site (votre site). Je t’envoie un rapide message pour te dire que je suis fan de ton contenu. Vraiment, c’est du travail de qualité que tu proposes sur ton blog.

J’ai notamment apprécié ton article (nom de l’article que vous appréciez vraiment).

D’ailleurs j’ai appliqué les conseils que tu donnes dedans, et j’ai eu (résultat que vous avez obtenu)… C’est génial ! Merci à toi.

Voilà je ne t’embête pas plus longtemps, et je te dis à la prochaine 😉 

(votre signature)

 

N’hésitez pas à dire que vous avez appliqué les conseils du blogueur en question et que vous avez eu des résultats… Les blogueurs adorent ça : c’est la preuve que leur contenu est qualitatif.

  • La semaine d’après, commentez un autre article et partagez-le à nouveau.

Au bout de ces 3 interactions, l’influenceur devrait se souvenir de vous et commencer à vous connaitre. Partagez encore un ou deux articles, puis proposez-lui votre meilleur article invité, celui qui combine empathie et histoire personnelle.

Il va accepter de le publier, puis votre article va être montré à des milliers de personnes.

Et vous savez quoi ? Comme il est écrit d’une façon spéciale, il va faire un carton.

Les lecteurs vont adorer le lire, le partager, le commenter.

Ils viendront en masse sur votre blog, pour découvrir l’auteur derrière cette pièce de contenu.

C’est comme ça qu’on dégomme ce foutu syndrome d’invisibilité.

 

Trois articles qui ont respecté ces trois étapes

Maintenant que vous connaissez la méthode en 3 étapes qui permet de produire du contenu mémorable, j’aimerais vous prouver qu’elle marche.

On passe en mode concret : voici trois articles qui sont devenus ultra-populaires car ils ont respecté la méthode que je viens de vous donner.

 

Article n°1 : Celui d’André Dubois de Trafic Mania, publié sur ce blog, Trucs de Blogueuse

André a écrit un article intitulé « Comment ne plus être ignoré ».

Il respecte les 3 étapes que je vous ai données :

  • Il y de l’empathie : André débute son article en se mettant dans la peau des lecteurs et en décrivant leur situation…
  • Il y a une histoire personnelle : il raconte l’histoire de son fils autiste…
  • Et cet article n’a pas été publié sur son blog mais bien ici, sur Trucs de Blogueuse, pour profiter de l’audience énorme du site.

Le résultat ? Un engagement phénoménal de la part des lecteurs.

Ce n’est pas d’une trentaine de commentaires dont en parle, mais bien d’un article qui a généré plus de 120 commentaires.

trucs-de-blogueuse-com-andre

Bluffant.

 

Article n°2 : Celui de Jon Morrow de Smart Blogger, publié sur ProBlogger

Ce qu’on vient de voir comme prestation avec André était incroyable. Mais là, c’est d’un tout autre niveau.

Jon Morrow est aujourd’hui l’un des meilleurs blogueurs au monde, et l’article que vous allez découvrir a été un tremplin qui a fait décoller son blog.

Cet article, c’est « Comment quitter votre boulot, déménager au paradis et être payé à changer le monde »

Et encore une fois, il respecte la méthode en 3 étapes que je vous ai donnée. Dans son article Jon écrit avec empathie sur les désirs profonds du blogueur : quitter son job, vivre une vie libre et pouvoir travailler de n’importe où dans le monde.

Il raconte ensuite une histoire pour soutenir les idées de son article.

Et finalement, Jon l’a publié sur Problogger, un énorme site marketing. En postant son article là-bas, Jon a pu toucher des millions de personnes.

Du coup, les chiffres sont hallucinants :

  • 493 commentaires
  • 15 000 partages
  • 70 000 visites dès la première journée, et des millions aujourd’hui

trucs-de-blogueuse-com-jon

C’est là que vous comprenez la puissance d’un article écrit avec empathie, qui raconte une bonne histoire et qui est publié sur un gros blog.

Maintenant, voyons le dernier article à avoir utilisé la méthode que je vous ai filée.

 

Article n°3

Le troisième article ? Vous êtes en train de lire.

Eh oui 🙂

D’abord, il a été publié sur un autre blog que le mien, pour pouvoir toucher plus de personnes.

Ensuite, j’ai commencé par écrire mon introduction avec empathie, en décrivant les problèmes que vous pouviez avoir si vous ressentez ce syndrome d’invisibilité.

Et finalement, je vous ai raconté mon histoire personnelle.

Je me suis livré à vous. Je vous ai dit ce que j’ai ressenti lors de mon séjour à l’hôpital. Je vous ai parlé de ma rencontre avec Mathieu.

Je vous ai même avoué que j’avais pleuré.

Tout ça dans le but d’être authentique, de vous toucher, et de créer une connexion forte entre vous et moi.

 

Entre nous.

Si cela marche, vous allez ressentir quelque chose et vous allez vous souvenir de cet article.

Vous allez le commenter, le partager, me suivre sur mon blog…

Tout comme vos lecteurs le feront avec VOUS si vous vous vous mettez à écrire avec votre coeur, avec vos tripes et en y mettant toute votre âme.

Ce n’est pas compliqué, vous allez y arriver.

Mettez-vous à la place de votre lecteur, racontez votre histoire, et proposez votre article à un gros blogueur. Vous allez être choquée des résultats.

Alors essayez.

Stoppez d’être invisible.

Et commencez à être inoubliable.

 

 

 

Crédits photo : Unsplash.com en licence CC0

 

 

Théo Rossi [Blogging Enchanteur]

Théo Rossi est l’auteur de « 10 Secrets Pour Des Articles Lus, Partagés Et Commentés », un guide gratuit qui vous apprend comment écrire des articles aimés par vos lecteurs. Cliquez ici pour le télécharger maintenant.

Les derniers articles par Théo Rossi [Blogging Enchanteur] (tout voir)

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.