Téléchargez mon guide sur le référencement

Et recevez les derniers articles par mail
trucs-de-blogueuse-guide-referencement

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide de 36 pages sur le référencement : je vous explique comment référencer votre blog en 20 étapes.
Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici.
Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

Je laisse aujourd’hui la parole à André, du blog TraficMania. Il nous donne les 4 étapes qu’il utilise pour faire connaître son blog et être lu par des centaines voire des milliers de visiteurs. Un article à dévorer, à noter puis à appliquer ! Merci à toi André !


Cela devait finir par arriver.

 

Après plusieurs mois d’efforts intenses, vous devez admettre l’affreuse réalité : vous avez publié sans relâche, et personne ne s’intéresse à votre blog.

 

Avouez-le : vous le saviez depuis longtemps.

 

Le nombre d’inscrits, de partages et de commentaires vous avait déjà mis la puce à l’oreille. Votre compte Google Analytics vous l’a simplement confirmé, avec la brutalité froide d’une courbe statistique.

 

En ce moment même, quelque part, une blogueuse ou un blogueur a la tête entre les mains, devant son écran, et se demande ce qui a bien pu foirer à ce point.

 

Cela donne envie de boire une vodka cul-sec, d’aller se coucher, et qu’on ne vous parle plus jamais de blogging ni de rêves d’indépendance.

 

C’est l’heure de la Grande Décision : devez-vous encore écrire un article, au cas où cela fasse boule de neige ? Devez-vous acheter une formation trafic chez un gourou ? Ou devez-vous simplement envoyer une lettre à votre hébergeur, demandant la clôture définitive de votre site ?

 

Je sais déjà ce que vous allez faire, parce que je suis passé par là.

 

Vous voulez que je vous le dise ?

 

Je suis quasiment certain que vous ferez les trois. C’est l’instinct de survie. Vous écrirez encore un peu, vous dépenserez de l’argent dans une formation trafic. Puis vous abandonnerez devant le manque de résultat.

 

Je l’ai fait avec trois blogs avant de comprendre ce qui ne marchait pas.

trucs-de-blogueuse-aucun-trafic-ignore-blog

Votre situation est grave, mais pas désespérée

 

Etre ignoré est le pire qu’un blogueur doive affronter. Parce que ce qui vous a poussé à choisir le blogging ce n’est ni l’argent, ni la quête de popularité.

 

Non.

 

Si vous avez précisément choisi d’écrire, c’est parce que vous vouliez aider les gens.

 

Vous ne me croyez pas ? Regardez :

 

Si vous bloguez sur la beauté, c’est parce que vous voulez aider les gens à se sentir bien dans leur peau.

Si vous bloguez sur la cuisine, c’est parce que vous savez que c’est agréable de bien manger.

Si vous bloguez sur l’argent, c’est parce que vous voulez aider les gens à améliorer leur condition.

 

Peu de ventes, d’inscrits, de trafic, de commentaires ou de partages. Oui, vous vouliez aider, et tout le monde s’en fout.

 

Devenir. Transparent. Inutile.

 

Est-ce terrible ?

Oui. Carrément angoissant.

 

Laissez-moi vous montrer comment reprendre consistance.

 

Etape 1 : arrêtez d’écrire des articles que personne ne lit.

 

Je sais, je sais : nous sommes entourés d’ « experts » disant de choisir soigneusement vos mots clés, d’écrire souvent, et que tout cela finira par faire boule de neige et vous apportera du trafic si vous êtes patient.

 

La vérité, c’est qu’ils ont tort. Parce que ces gens-là ne comprennent pas comment Google fonctionne. Si vos articles ne sont pas lus, ni partagés, ni commentés, Google le voit. Et peu importe que ce soit du contenu exceptionnel, Google ne le valorisera pas. Les mots clés ne sont qu’un paramètre parmi d’autres.

 

Les gourous vous ont fait perdre votre temps. 50 articles de plus ne changeront quasiment pas votre trafic. C’est ce que prouvent les 6 derniers mois de votre courbe Analytics, pas vrai ? Vous êtes loin d’avoir des centaines ou des milliers de visiteurs chaque jour.

 

Attention :

 

Ne vous méprenez pas. Oui, le SEO est important, et je vous encourage à vous y mettre. Mais certainement pas quand vous démarrez votre site.

 

Que faire alors ?

 

Le secret, c’est que vous n’avez pas (encore) besoin d’articles. Ce que vous devez faire en premier, c’est copier ce que font les acteurs.

 

Je vais vous expliquer.

 

Que fait François Cluzet quand arrive la date de sortie de son prochain film ? Il va chez Arthur, chez Drucker, chez Ruquier, et il en parle. Des millions de gens le voient. Et parmi cette audience, des dizaines de milliers iront voir son film.

 

Pareil avec votre blog. Si vous voulez percer, il faut absolument que les gros sites de votre thématique parlent de vous. Vous ne connaissez aucun de ces gros poissons ? C’est bien le problème, et votre première priorité.

 

Au lieu d’écrire un énième post qui finira dans les tréfonds de Google, consacrez-vous à une chose. Tisser des liens avec les gros blogueurs.

 

Tweetez et likez leur contenu. Laissez des commentaires intéressants. Présentez-vous et posez-leur des questions constructives par email. Bref, faites vous connaitre. Rien d’autre.

 

Petit à petit, vous allez faire partie de leurs connaissances professionnelles. Oh, je sais, certains vous snoberont encore et toujours. Mais pas la plupart. Car bloguer, c’est un travail solitaire. Seul, de longues heures face à un écran. Cette solitude pèse, et on apprécie de pouvoir créer un lien avec un être humain. Cela change des paramétrages de plugins.

 

Cela marche. J’ai créé des relations avec la plupart des poids lourds français du marketing en ligne, alors que je n’avais pas publié le moindre article sur mon blog. Aujourd’hui, il suffit que je demande à l’un d’entre eux de partager un article pour que je reçoive des centaines de visiteurs en plus.

 

Je vous promets que lorsque vous êtes pote avec des gens qui ont 25 000 followers, cela aide.

 

Etape 2 : vous ne savez pas écrire, alors apprenez.

 

Je sais que je suis dur avec vous. Mais c’est parce que c’est une question de vie ou de mort sur internet.

 

Il y a plus de 15 millions de blogs en français. Chaque jour, des milliers de doigts produisent des milliers d’articles. Internet est une fourmilière, ça bouge dans tous les sens, sans jamais s’arrêter le moindre instant.

 

Difficile de distinguer une fourmi d’une autre. Il y a déjà des dizaines de blogs dans votre thématique. La question que je pose souvent lorsque je coache un de mes clients blogueur c’est « Pourquoi lirais-je ton site plutôt que ceux qui sont là depuis plus longtemps » ?

 

Ecoutez. Vous aurez beau tourner le problème dans tous les sens, au final, il n’y a qu’une seule réponse possible.

 

On ne lira votre blog que si le contenu en vaut la peine. Point final.

 

Et ce qui est dommage pour vous, c’est que le contenu informatif ne suffit plus. Toutes les informations sont déjà là. Tout a été dit. Dans toutes les thématiques. Wikipedia est là.

 

Il y a peu de chances que vous puissiez m’apprendre quelque chose de vraiment nouveau.

 

Désespérant ?

 

Oui.

 

Sauf si vous savez faire vibrer vos lecteurs. Sauf si vous être capable de les emmener, de leur montrer la voie, et de les inspirer.

 

Si vous y arrivez, je vous garantis que vous aurez plus de trafic, plus de commentaires, plus d’inscrits, plus de partages et plus de clients.

 

Ce n’est pas si difficile à faire. Quand je relis mes premiers articles, sur mes premiers blogs, j’ai honte. Ils étaient terriblement mauvais. Bateau. Déjà vu. Les résultats financiers de mes sites reflétaient mon écriture.

 

Aujourd’hui, j’ai une écriture puissante, et je sais mettre des claques à mes lecteurs. Et c’est venu avec une seule technique.

 

L’empathie.

 

Si vous écrivez avec empathie, vos lecteurs vous suivront au bout du monde. Vos textes seront sincères, au lieu de ressembler à des argumentaires de marchands de tapis, ou à un monologue égocentré.

 

Vos lecteurs vous aimeront.

 

Ecrire avec empathie, c’est savoir écouter. C’est accepter que vos lecteurs ont des doutes, des angoisses, des espérances, et en parler.

 

Je vais vous raconter une histoire qui va vous aider à comprendre ce que c’est.

 

Plus on avance dans la vie, et plus on finit par devoir faire face à des épreuves. Le chômage, la maladie, un décès. On affronte tous des épreuves.

 

L’une m’a marqué à jamais.

 

Mon fils avait 2 ans quand ma femme et moi avons compris qu’il était autiste. Il ne dira peut-être jamais rien d’autre que « je veux coca ». Il a 50% de chance d’être un peu autonome, 50% de chance de passer sa vie en institution. Une existence à pile ou face. Vous prenez ça en pleine gueule, un matin qui commençait comme tous les autres. Le sol s’ouvre sous vos pieds.

 

Evidemment, notre famille et nos amis nous ont soutenus. « On va vous aider, on est là, vous faites ce qu’il faut, il va progresser ». Ce discours, c’est de la sympathie. Vous l’avez sans doute déjà entendu quand vous avez eu un coup dur. Evidemment que nous le soignons, et que nous nous battons pour lui.

 

Mais ce n’est pas ce discours dont mon épouse et moi avions besoin.

 

Ce qui nous a surtout manqué, c’est quelqu’un qui comprenne comme nous avons eu du chagrin, et comme le quotidien est difficile. Quelqu’un qui nous dise « Je ne sais pas quoi te dire, mais je suis content que tu aies partagé ta peine avec moi ».

 

Ce discours, c’est de l’empathie.

 

Etre vraiment compris, sans être jugé. Voilà ce que nous attendons tous.

 

Si votre audience sent que vous la comprenez vraiment, c’est gagné.

 

Avoir de l’empathie, ce n’est pas si facile à faire pour la plupart des adultes. Les enfants, eux, le font avec beaucoup de naturel.

 

L’empathie, ce n’est pas dire « c’est dur, alors faites ceci, faites cela ». L’empathie, c’est se mettre dans les chaussures de l’autre, ne pas juger, écouter et comprendre.

 

Quand vous y arrivez, vos émotions sont celles du lecteur. Les émotions du lecteur sont les vôtres. Comme des cordes qui résonnent l’une avec l’autre.

 

Ce n’est pas informer, ou enseigner. C’est se connecter émotionnellement.

 

Evidemment, vous devez donner des informations de qualité dans vos articles. Mais vous devez les couler dans le moule des peurs et des espérances de votre audience.

 

Pour écrire avec empathie, vous devez devenir profondément humain.

 

  • Vous devez avoir un titre qui reflète le point de vue du lecteur. Regardez le titre de cet article : « comment ne plus être ignoré ». Tous les blogueurs qui manquent de trafic en souffrent. Ce titre se connecte immédiatement à cette émotion, directement dans votre esprit.

 

  • Vous devez soigner vos 10/15 premières lignes. J’ai passé 4 heures sur ces 10 premières lignes, et je les ai recommencés 4 fois de zéro. Pour qu’elles vous harponnent.

 

  • J’ai essayé de nommer les émotions que l’on ressent quand un blog ne décolle pas. Comment je les connais ? Parce que moi aussi, je l’ai vécu.

 

  • J’ai truffé mon texte de mots d’influence : comme intense, affreuse, brutalité froide, survie… Il y en a partout. C’est la nitroglycérine qui irrigue mes paragraphes. Des mots qui secouent.

 

  • Je vous ai raconté l’histoire de mon fils, qui a tant bouleversé ma vie. Et cette histoire, je l’ai faite résonner en vous.

 

  • J’ai souligné les émotions : « je sais que je suis dur avec vous », « Terrible ? Oui, carrément angoissant ». Quand j’écris ce que vous ressentez probablement, vous me trouvez un peu effrayant, car j’arrive à rentrer dans votre tête.

 

  • Je vous ai parlé, directement : « Avouez-le », « je vais vous expliquer », « écoutez ». Comme dans une conversation.

 

  • Et je finirai cet article en vous encourageant au changement, vous verrez.

 

Je pense que je vous tiens, et que aimez ce que vous lisez.

 

C’est énormément de travail, mais c’est ce qui fait la différence entre un blog lu et un blog ignoré. Vous n’avez pas le choix.

 

Voyons ce que vous devez faire quand vous savez écrire avec empathie.

 

Etape 3 : Ecrivez chez les autres.

 

Vous vous souvenez de la première étape, créer des connexions ?

 

Maintenant que vous savez mieux écrire, demandez à une de vos nouvelles relations si vous pouvez lui proposer un article invité. Comme celui que vous lisez maintenant, merci Mia.

 

Un article qui sera exceptionnel. Grâce à l’empathie. Un article qui sera long, car oui, les longs articles ont plus de trafic.

 

Il y a de bonnes chances que votre proposition soit acceptée. Votre article va être publié sur un blog populaire, il va être lu des milliers de fois. Votre article sera si détonnant que les lecteurs se demanderont qui est cet auteur, qui semble si bien les comprendre.

 

Beaucoup viendront visiter votre site, et si votre bonus est attractif (c’est très important : votre bonus est-il vraiment attractif ?), beaucoup le téléchargeront, et s’inscriront à votre liste.

 

Un bon article invité peut vous rapporter 100 inscrits, voire beaucoup plus si vous faites mouche, en choisissant un sujet parfait et le bon site cible.

 

Cela signifie qu’en une quinzaine de posts, vous aurez plusieurs centaines d’inscrits. Voilà, c’est fait. Votre blog devient populaire. Cela vous prendra entre 3 et 6 mois.

 

Et maintenant vous allez pouvoir commencer à publier des articles qui seront lus.

 

Etape 4 : publiez chez vous et faites la promotion de vos écrits.

 

Vous comprenez votre erreur ? C’est la même que 98% des blogueurs. Vous vous êtes précipité à écrire sur votre blog, alors qu’en fait c’est une des dernières choses que vous devez faire.

 

Maintenant que vous avez entre 500 et 1000 inscrits, vous allez pouvoir commencer à écrire chez vous.

 

De longs articles. Ecrits avec empathie. Une fois par semaine, maximum. Vous n’aurez pas le temps d’en faire plus. A moins d’être un oiseau de nuit comme moi, et de vous y remettre à 3 ou 4 heures du matin.

 

Envoyez un email à votre liste pour présenter votre nouvelle production.

 

Ils seront subjugués par la qualité de vos écrits. Vous pouvez le faire avec n’importe quelle thématique. Que vous parliez maquillage, dressage de chien, fiscalité ou violoncelle, l’empathie est la clé.

 

Il ne vous reste qu’une dernière chose à faire. Longue, pénible, indispensable. Désolé.

 

Faire la promotion de votre contenu.

 

Je ne parle pas de partager votre article avec un tweet et une mention sur votre page Facebook.

Je parle de contacter les blogueurs de votre réseau, un par un, et de leur présenter votre article. Comme ils vous connaissent, ils le relayeront.

 

Sans promotion de contenu, vous n’y arriverez pas.

 

C’est aussi pour cela qu’écrire souvent ne sert strictement à rien. J’ai atteint 600 visiteurs par jour au 7ème ou au 8ème article sur mon blog. Quand je ne publie pas, j’ai 200 visiteurs, alors que mon blog ne contient qu’une dizaine de posts. Je sais que ferai 1000 visiteurs en une journée bien avant mon 20ème article. Je n’ai aucun doute.

 

Parce que j’écris bien, et parce que je promotionne bien.

 

Un jour à écrire un article, un jour à le présenter à un maximum de monde. Le reste de la semaine à coacher mes clients, et développer mon offre produit. Oui, on peut gagner sa vie avec un blog contenant 10 articles. Je le fais. Si on utilise la bonne méthode.

 

Vous verrez.

 

Vos lecteurs partageront. Ils commenteront. Ils auront confiance en vous, et une fois de temps en temps, vous pourrez leur dire que vous avez aussi un produit à vendre, qui peut les aider.

 

Ils achèteront. Sans que vous ayez besoin de faire le marchand de tapis. Sans que vous vous creusiez la tête sur les mots clés. Tout simplement parce que vos lecteurs seront devenus vos fans.

 

Vous vouliez aider les gens, c’est exactement ce que vous allez faire.

 

Vous pouviez décider de corriger des devoirs en ligne. Vous pouviez décider de faire des sondages rémunérés. Il y a 100 façons de gagner votre vie en ligne.

 

Vous avez choisi le blogging.

 

Je suis persuadé que ce n’est pas un choix anodin. Car ce n’est pas le plus facile. Cela demande des efforts, de la concentration, de la ténacité.

 

Mais vous êtes encore là. Vous y croyez assez pour vous dire que vous pouvez changer la vie des gens, et être payé pour le faire. Il y a peu de métiers qui permettent de faire cela.

 

Je vous garantis que pour apprendre chacune de ces 4 étapes, vous allez devoir cravacher. C’est vraiment du travail. Désolé, mais ce n’est pas demain que vous empocherez de l’argent les pieds dans la piscine.

 

Bien sur, ce n’est pas agréable de voir cette montagne de chose à faire devant vous. Et toutes ces nouvelles choses à apprendre.

 

Mais ce n’est pas grave.

 

Parce que lorsque vous verrez enfin que vos lecteurs vous aiment, vous vous sentirez heureux. Quand vous commencerez à recevoir de longues lettres de remerciement, vous ne regretterez plus ces heures passées devant votre écran.

 

Alors n’abandonnez pas. Faites simplement les choses différemment. Je vous assure que vous avez le pouvoir de vraiment aider vos lecteurs, et de changer leurs vies.

 

Faites-le, et vous ne serez plus ignoré.

 

Faites-le, et la réussite de votre blog ira au-delà de vos espérances.

 

 

André [TraficMania]

André Dubois aide les blogueurs qui veulent vivre de leur blog. Retrouvez tous ses articles démesurément longs sur son blog TraficMania, le petit blog marketing qui monte, qui monte.

Les derniers articles par André [TraficMania] (tout voir)

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.